entete1

En 1 Clic
menus etat civil horaires
Menus Etat-civil Horaires
contact facebook travaux
Contact Facebook Travaux

«Marin perdu dans ma forêt de la Double où des bateaux ne subsistent que les mâts et les grandes voiles d’épines, je peins avec de l’eau, en la jetant parfois sur le papier, comme la mer se jette sur un rocher, afin de retrouver le jeu des embruns… Il m’arrive toutefois de mettre pied à terre, c’est alors que je peins des gens, des usines, des nymphéas».

Nul mieux que Claude Groschêne lui-même ne pouvait évoquer dans ces quelques mots l’itinéraire d’un artiste passionné par la nature, le minéral, le végétal, mais surtout par l’eau - élément fondamental de sa peinture - puisque l’aquarelle, ce travail en surface «en jeté», constitue sa technique de prédilection et le demeure, même quand les thèmes se diversifient. Longtemps Claude Groschêne a cherché à dompter l’espace, à capter la lumière, dans les houles déferlantes où l ‘immobilité de constructions humaines, de fleurs aquatiques. Mais depuis trois ans environ, Claude Groschêne a accosté. Il nous livre ses nus, portraits en pieds, «figures humaines» comme il les nomme, étonnamment présentes, imposantes dans leur simplicité, leur évidence apparentes. Pour ce travail patient qui doit capter le personnage dans son ensemble, intégrer cette lente et constante fabrication de notre propre corps, de notre propre apparence, Claude Groschêne fabrique souvent lui aussi ses propres outils, (papier souvent, aquarelle toujours), le temps de la préparation, la lenteur de la recherche contribuant à donner selon ses propres termes «une existence égale à la peinture et à la personne» en échappant aux pièges de l’anecdote et de la ressemblance. Dans cette nouvelle aventure, dans ce long voyage entamé au delà de l’immobilité apparente, Claude Groschêne emporte avec lui des artistes de prédilection, des courants artistiques qu’il admire, venus de cultures et d’horizons divers : le chorégraphe Decouflé qu’il aime pour son art d’occuper, de faire vivre l’espace, la sculpture égyptienne, l’art japonais, le peintre Sam Francis qu’il décrit comme un «amoureux du geste» et surtout Giacometti. Mais la liste n’est pas exhaustive ; tous les arts intéressent Claude Groschêne dès qu’ils sont porteurs de culture. Il n’est donc pas étonnant que l’artiste ne cherche pas à faire partie d’une école, d’une avant-garde quelconque. Le temps ne l’intéresse pas s’il doit impliquer une chronologie ; le temps est fait de sa propre patience à peindre, à approfondir sa recherche dans un mouvement ondoyant, comme celui des vagues et des reflux d’une grande partie de son œuvre.

Bibliographie :→Aquarelles 84 pages, 21X15 cm, réf 7018-1737, éditions du Triton marbré

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

05 53 90 41 31

Homatton College p

Hamerton Collège

55 x 55 cm

 

Lady Margareth p

Lady Margaret

55 x 55 cm

 

Pembroke College p

Pembroke Collège

55 x 55 cm

 

sortie de bain p

Sortie de bain

50 x 50 cm

 

L arrivee p

L'arrivée

60 x 75 cm