Situé sur le plateau dominant la vallée de l’Isle, au nord-ouest de Trélissac, dans la forêt de Lanmary, protégeant l’axe Limoges-Périgueux (très fréquenté au Moyen Age), son importance fut celle d’un poste avancé dont la possession pouvait mettre les habitants du Puy-Saint-front dans une situation précaire.

caussadePetite forteresse polygonale entourée de douves sèches, il ne faut pas un grand effort pour l’imaginer tel qu’il était au début du XIIème siècle à l’époque du premier seigneur de Caussade connu : Guillaume de CALZADO. Il fut ensuite et jusqu’au XIVème siècle la propriété de la famille VIGIER qui y avait droit de justice et dont une des filles HIMBERGE fut l’épouse de Bertran de BORN.

Il passe aux CUGNAC après le mariage de Jeanne de VIGIER avec Henri de CUGNAC, écuyer des Pays de Guyenne et partisan de « l’anglais ».

Commence alors une période mouvementée pendant laquelle les Trélissacois eurent fort à souffrir des dépravations anglaises mais surtout des Comtes du Périgord convoitant Caussade. Pour obtenir l’appui du Roi, Henri de CUGNAC fit acte d’allégeance et par lettres du 22 octobre 1395, Charles VI lui rendit la jouissance de ses revenus, mais pour s’assurer de sa fidélité fit installer à Caussade une garnison commandée par MONDISSON de CHASSAIGNE et Guillaume MOSNIER de Thiviers.

La disparition de Comtes du Périgord qui s’ensuivit donna une importance d’autant plus grand à Caussade, et durant deux siècles, les CUGNAC ne cessèrent pratiquement jamais de lutter contre le Puy-Saint-Front qui contestait leur qualité de viguier (représentant de l’autorité royale). Ces luttes se résumèrent le plus souvent à des moyens de procédure. Ardents huguenots, les CUGNAC se distinguent encore pendant les guerres de Religion. Jean de CUGNAC en profite pour augmenter ses possessions et en août 1575, il est l’un des principaux artisans de la prise de Périgueux par les protestants. Il y est nommé maire en 1577.

Les huguenots battus à Sorges, Caussade repris par les catholiques, Jean de CUGNAC se convertit. Il meurt en 1585.

Le mariage de Suzanne de CUGNAC donne Caussade à Arnaud de la MARTHONIE en 1647. Cette famille y résidera jusqu’à la Révolution.

En 1674 la terre de Caussade comprenait :chateau_caussade_p

  • une métairie près du château,
  • la métairie de Grange Brûlée,
  • la métairie du Rat,
  • le borderage de la Forêt et la Jardinière.

Le château, au fil des successions, eut entre autres propriétaires Jean Louis de la MARTHONIE, évêque de Meaux qui en 1760 demanda un inventaire des meubles qui révèle que Caussade possédait une bibliothèque composée des 6 volumes suivants :

  • les œuvres de Racine,
  • les œuvres de Mme de Villedieu,
  • l’Histoire des douze Empereurs Romains par Duteil,
  • Les aventures de Télémaque,
  • L’Histoire du grand maître d’Aubusson,
  • Les Aventures ou métamorphoses des Dieux.

La terre de Caussade fut vendue après la Révolution au Comte de la BARDE, trésorier général puis à M. LAGARRIGUE maire de TRELISSAC quelques semaines après le 4 septembre 1870. Elle fut ensuite acquise par M. PECOUT et enfin par le baron de LAIRE de Lanmary.

Ceci pourrait constituer un premier épisode, l’histoire contemporaine ayant elle aussi son comptant d’originalités, ne serait-ce que durant la première guerre mondiale où il servit de prison. Ce fut surtout le terrain de jeux de générations de jeunes Trélissacois jusqu’à ce que l’entreprise DAGAN rénove le gros œuvre et que l’achetant à un américain, Monsieur CERON en fasse son lieu de résidence.