chateau_caussade_p

La ville de TRELISSAC a un patrimoine historique important :

Les châteaux

  • le château de CAUSSADE qui date du XV° siècle est classé monument historique depuis le 17 août  1945. Il ne se visite pas. Protégé par une enceinte polygonale couronnée de machicoulis, il  comporte plusieurs tours carrées, entouré de douves à demi comblées. Il est accessible par un pont levis et un châtelet du XIV°   surmonté d’une chambre forte. Pendant la  première guerre de 1914-1918, il a servi de camp de prisonniers à des officiers allemands puis il abrita des résistants au cours de la seconde guerre mondiale, puis des soirées théâtrales à l’orée des années soixante.
  • le château MAGNE qui date du XIX ° siècle est inscrit aux monuments historiques depuis le 29 novembre 2004. De 1864 à 1869, Alfred MAGNE, fils du ministre des finances de Napoléon III, fit construire ce château néo-XVII° qui nécessita le déplacement du village. Il se trouve au coeur d'un vaste jardin paysager avec garenne accompagnant cet édifice dont l’intérieur a conservé son état d’origine. Il ne se visite pas. Il a été aménagé depuis 2009 en appartements.
  • Juste à coté du château MAGNE, se trouve le vieux ou « petit » château de TRELISSAC, ainsi que les vestiges de l’ancienne église Notre Dame de l’Assomption, inscrits aux monuments historiques depuis 2004 et qui datent du XV° siècle.
  • le château de SEPTFONDS, XVIII° siècle, inscrit à l’inventaire des monuments historiques  depuis le 16 décembre 1947,  se situe à l’orée de la forêt de LANMARY.
  • feuilleraie_ple château de La FEUILLERAIE, XIX° siècle, avec son vaste parc qui plongeait presque ses pieds dans l’Isle. Le site est occupé à l’heure actuelle par un supermarché
  • le château de La JARTHE, XVII et XX° siècles, avec sa chapelle et son pigeonnier sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques depuis le 12 octobre 1948.
  • le château de LAUTERIE, XV et XVII° siècles: cette demeure présente un corps de logis entre deux tours circulaires du XV ° siècle à machicoulis.
  • la chartreuse de La MOTHE, ancien fief des de La JARTHE, BAFFET, VEYRET et les De La MOTTE d’EMPINE puis propriété des PORQUERY, des De LASCOUS puis des MAGNE est un ancien repaire d’origine médiévale qui a été réaménagé aux XVII° et XVIII° siècles
  • le château du MURAT, XVIII° siècle, ancienne demeure des familles BONNEVAL, BORDIER et FOURNIER. C’est un édifice qui se présente sous la forme d’un rectangle percé de nombreuses baies, avec un étage que dominent des œils-de-bœuf
  • le manoir de La POURETIE
  • le manoir des MOUNARDS du XV ° siècle qui a hébergé un certain temps une glaciaire n’existe plus.
  • le repaire de MONTIGNAC, XVII° siècle au bord de l’Isle, ancien fief des JEHAN: c’est une demeure qui présente un logis accolé d’un pavillon, avec une chapelle.
  • le repaire de PUY CONTEAU.
  • le repaire de BORIE PORTE, ancien repaire noble dépendant de la seigneurie de PERIGUEUX, consistant en 1680, en « maison, basse cour, granges, jardins, terres labourables, bois et vignes ».
  • le repaire de BARNABE, qui a été par la suite transformé en moulin est depuis quelques années une maison de retraire privée.

Les églises et chapelles

La commune de TRELISSAC a possédé sur son territoire un grand nombre de lieux de cultes. A un certain moment, on a pu dénombrer jusqu’à une vingtainede chapelles et trois  églises.

En ce qui concerne ces dernières, Mr Edouard DECOUX LAGOUTTE, qui sera maire de la commune, évoque la présence d’une église dédiée à Saint EUMACHE dont on trouve trace aux archives départementales sur un document daté de 1301.

L’église Notre Dame de l’Assomption, initialement érigée à proximité du « petit » château de TRELISSAC, à proximité de la voie verte a été reconstruite en 1870 à son emplacement actuel par Mr MAGNE. C’est à cette occasion qu’a été créé le « bourg » actuel avec la mairie, l’école….On trouve dans le parc du château MAGNE quelques vestiges de cet édifice. L’ancienne église Notre Dame de l’Assomption, construite vers la fin du XIV°  siècle,  était un édifice qui mesurait 31 mètres sur 12 avec un chœur de 6 m de long sur 12 de large de forme octogonale. Elle comportait trois chapelles de chaque coté. Les chapelles étaient consacrées à :
  • la 1° à Notre Dame de l’Enfance,
  • la 2° à Saint CAPRAISE,
  • la 3° à Sainte RADEGONDE,
  • la 4° à Saint ROCH,
  • la 5° à Saint COSME
  • la dernière appelée Chapelle des Augustins.

Cette église possédait un clocher-porche qui menait à une nef de deux travées ouvrant sur un chœur pentagonal. L’architecture était ogivale flamboyante.

Concernant les autres chapelles, Mr Edouard DECOUX LAGOUTTE évoque les noms des chapelles de l’ARSAULT, de BORIE PORTE dont on pense pouvoir situer les emplacements mais aussi celles de St JEAN et St SEBASTIEN. Celle consacrée à  St DAMIEN semblait se trouver à proximité de l’Arsault.

Par ailleurs, on a retrouvé des traces de chapelles privées sur le domaine de La JARTHE, une autre à CAUSSADE, une aux POUYAULT, d'autres à LAUTERIE, à MONTIGNAC, à La POURETIE, au MURAT, à SEPTFONDS…Toutes ces chapelles ont sans doute été édifiées à proximité des chateaux a l’entour par les résidents nobles de ces demeures.

Enfin on ne peut oublier le château de La RHUDEILLE, anciennement nommé sous le vocable de La RUDELLE qui a été édifié à la fin du XIX° siècle par la famille VECHEMBRE. Il possède aussi une chapelle et héberge à l’heure actuelle une communauté de religieuses.

Vers 1670, on pouvait trouver sur le térritoire de la commune de TRELISSAC le fief de La PINSONIE qui relevait en 1670 de l’abbaye de Peyrouse.