barrage_barnabe_pCe moulin compte parmi les plus vieux moulins de la région, car il existait déjà en 1299. Il était alors situé entre le moulin de Corbarant Vigier et le moulin de Saint-Front aujourd'hui tous deux disparus. Le moulin de Barnabé (très endommagé par l'ouragan qui ravagea la paroisse en 1410) peut être situé sur la rive droite de l'Isle entre le Moulin des Mousnards en amont et le Moulin de Sainte-Claire en aval.

Sa situation, près des fortifications de l'Arsault semblait le prédestiner à jouer un rôle pendant les guerres qui ont si longtemps dévasté la contrée.

Ainsi en 1498, la municipalité de Périgueux paye "15 sols au chirurgien MAROTO le BARBIER pour la dépense des "Alacays" (coureurs de grands chemins) blessés au Moulin de Barnabé !

En 1578, les ennemis de Périgueux soudoient Antoine DUCHIER, meunier du Moulin, mais celui-ci est pris, et il est soumis à la question préparatoire, comme accusé de trahison et de conspiration contre la ville de Périgueux.

barnabeAu XIVe ciècle, Barnabé s'appelait "lo Moly del Prat". Il pris son nom actuel lorqu'il fut acquis par la puissante famille des Arnaud de BARNABE DE LABORIE. Dès 1323, la famille de BARNABE joue un rôle important dans l'histoire de Périgueux.

Hélie est un de ceux qui discutent et rédigent le traité de 1330 qui règle les droits des habitants du Puy St Front et de la Cité. Arnaud fut en 1398, un des trois chefs des Périgourdins qui assistèrent le vicomte de MEAUX à la prise du château de la Rolphie. L'année suivante, ses compatriotes l'élurent Maire pour le récompenser. Nous le trouvons encore à la tête de la Municipalité en 1407 et en 1415.

Cette puissante famille  vit son déclin à la fin du XVIIe siècle. Les biens des Barnabés furent saisis en 1672 à la requête de Jean SOUC, marchand, bourgeois de Périgueux, et adjugés au poursuivant. En 1772, le propriétaire est d'une autre famille, c'est Antoine de BONNAL. Puis il appartint à MM de LAMOTHE BESSOT, marquis de LAGAYE et DUPONT, imprimeur. Ce dernier essaya d'installer d'abord une fabrique de pierres lithographiques, puis une tréfilerie. Ces essais ne réussirent pas. Quelques temps après son acquisition, il avait été obligé de reconstruire presque entièrement l'écluse, emportée par la crue de 1837.

Le 31 août 1865, MM AUBIER et FELIX, achetèrent l'immeuble qu'ils firent démolir et qu'ils remplacèrent par un moulin à neuf paires de meules. Cette usine fonctionna ainsi jusqu'en septembre 1884 où elle fut complètement réduite en cendres.

Reconstruite en 1885 par MM AUBIER et DECOUX LAGOUTTE qui y fabriquèrent de la farine pour le commerce, elle pouvait alors convertir en farine 300 quintaux, métriques de blé par 24 heures.....

le 14 octobre 1992, cet édifice a été aménagé en maison de retraite d'une capacité d'accueil de  67 résidents..que nous connaissons aujourd'hui.